Cerisier tardif

Essences commerciales » Feuillus » Cerisier tardif

Télécharger le tableau :
Cerisier tardif (CET)
Black cherry
Prunus serotina Ehrh.
Feuillus

Habitat

Localisation

Aire de distribution naturelle Cf. Carte de Cauboue (2007) (18)
Sous-domaine bioclimatique où l'essence est représentée
  • 1, 2, 3
  • Marginal : 4
Zones où la compétition est susceptible d'être problématique Non disponible

Climat régional

Température annuelle moyenne par sous-domaine bioclimatique (°C)
  • 1 : 6,0 (4,6 - 7,4)
  • 2 est : 5,0 (3,9 - 6,1) 2 ouest : 4,1 (2,9 - 5,2)
  • 3 est : 3,8 (2,7 - 4,9) 3 ouest : 3,5 (2,6 - 4,4)
  • 4 est : 2,1 (0,8 - 3,5) 4 ouest : 1,8 (0,2 - 3,4)
Précipitations totales annuelles par sous-domaine bioclimatique (mm)
  • 1 : 995 (818 - 1 173)
  • 2 est : 1 192 (977 - 1 408) 2 ouest : 1 056 (914 - 1 199)
  • 3 est : 1 168 (999 - 1 338) 3 ouest : 1 038 (879 - 1 197)
  • 4 est : 1 277 (918 - 1 636) 4 ouest : 1 097 (670 - 1 523)
Indice d'aridité par sous-domaine bioclimatique
  • 1 : 5,9 (2,3 - 9,5)
  • 2 est : 2,9 (0,8 - 5,1) 2 ouest : 4,4 (3,0 - 5,8)
  • 3 est : 3,4 (1,5 - 5,4) 3 ouest : 4,4 (2,2 - 6,6)
  • 4 est : 2,0 (-0,1 - 4,1) 4 ouest : 3,2 (-1,1 - 7,5)
Nombre de jours consécutifs sans gel par sous-domaine bioclimatique
  • 1 : 142 (115 - 168)
  • 2 est : 126 (106 - 145) 2 ouest : 115 (89 - 141)
  • 3 est : 118 (99 - 138) 3 ouest : 102 (87 - 116)
  • 4 est : 102 (78 - 126) 4 ouest : 87 (45 - 129)
Durée de la saison de croissance par sous-domaine bioclimatique (jours)
  • 1 : 181 (166 - 195)
  • 2 est : 173 (161 - 184) 2 ouest : 160 (143 - 177)
  • 3 est : 163 (153 - 172) 3 ouest : 152 (140 - 165)
  • 4 est : 149 (140 - 159) 4 ouest : 141 (122 - 161)
Nombre de degrés jours pendant la saison de croissance par sous-domaine bioclimatique
  • 1 : 2 035 (1 807 - 2 263)
  • 2 est : 1 804 (1 590 - 2 017) 2 ouest : 1 708 (1 493 - 1 922)
  • 3 est : 1 609 (1 412 - 1 805) 3 ouest : 1 589 (1 432 - 1 746)
  • 4 est : 1 353 (1 129 - 1 577) 4 ouest : 1 361 (1 002 - 1 721)

Milieu physique

Principales positions topographiques par sous-domaine bioclimatique
  • 1 : 5 = 4 = 0 = 3 = 7
  • 2 est : 5 = 3 = 4 = 7 = 6 = 0 = 8 2 ouest : 3 = 7 = 6 = 5 = 0 = 4
  • 3 est : 6 = 4 = 5 = 7 = 0 = 3 3 ouest : 4 = 6 = 3 = 2 = 5 = 7 = 0
  • 4 est :Non disponible 4 ouest :Non disponible
Principales classes de pente par sous-domaine bioclimatique
  • 1 : C = D = B = A
  • 2 est : D = C = B = E = F = A 2 ouest : A = D = E = C = B = F
  • 3 est : C = B = D = A = F = E 3 ouest : C = D = B = F = E = A
  • 4 est :Non disponible 4 ouest :Non disponible
Principaux dépôts de surface par sous-domaine bioclimatique
  • 1 : 6S = R = 1A = 5S = 3A = 5A
  • 2 est : 4GS = 2B = R = 1A > 3A = 5S 2 ouest : 5S = 5A = R = 1A
  • 3 est : 4GS > 2A = 1A = R = 3A = 4GA = 7T = 1AD 3 ouest : R = 1A = 1B = 2A = 2B = 4GS = 7T
  • 4 est :Non disponible 4 ouest :Non disponible
Principales classes texturales de l'horizon B par sous-domaine bioclimatique
  • 1 : M = G
  • 2 est : M = G 2 ouest : F = G = M
  • 3 est : F = M = G 3 ouest : M = F = G
  • 4 est :Non disponible 4 ouest :Non disponible
pH de l'horizon B par sous-domaine bioclimatique
  • 1 : 4,5 à 6,5
  • 2 est : 4,0 à 7 2 ouest : 5,5 à 6,5
  • 3 est : 4 à 6,5 3 ouest :4 à 6,5
  • 4 est :Non disponible 4 ouest :Non disponible
Principales classes de drainage par sous-domaine bioclimatique
  • 1 : 20 = 30 = 40
  • 2 est : 30 = 20 = 10 = 40 = 41 2 ouest : 20 = 40 = 30 = 10
  • 3 est : 20 = 30 = 31 = 51 = 40 = 21 = 41 = 60 = 50 = 10 3 ouest : 21 = 30 = 20 = 31 = 41 = 10 = 40 = 50 = 60
  • 4 est :Non disponible 4 ouest :Non disponible
Humidité du sol Non disponible
Principaux types d'humus par sous-domaine bioclimatique
  • 1 : MD = MU = MR
  • 2 est : MD = MU = MR = AN 2 ouest : MU > MD = MR = TO
  • 3 est : MU = MD = AN = MR = SO = TO 3 ouest : MU > MD = MR = TO = SO
  • 4 est :Non disponible 4 ouest :Non disponible
Principales classes d'épaisseur de l'humus (en cm) par sous-domaine bioclimatique
  • 1 : 21 = 06 = 01 = 11
  • 2 est : 01 = 06 = 11 = 21 2 ouest : 01 = 11 = 06
  • 3 est : 01 = 31 = 06 = 11 = 21 = 41 3 ouest : 01 = 06 = 11 = 41
  • 4 est :Non disponible 4 ouest :Non disponible
Fertilité du sol Besoins moyennement élevés en Ca, Mg et Mn pour satisfaire sa croissance : le chaulage ne stimule pas sa croissance (BB152)
Meilleures conditions de croissance
  • Bas-versants et riches terres formées d'alluvions, surtout dans la portion la plus méridionale de son aire de distribution; sommets et hauts-versants (12, BB108)
  • Sols profonds et bien drainées, climat frais (BB150)
  • Texture moyenne avec drainage bon à modéré ou texture grossière avec drainage bon à imparfait (P. Lupien, comm. pers.)
  • Sols formés d'une couche argileuse dans les premiers centimètres (2)
  • pH optimal : 4,5 à 7,5 (2)
Besoins en lumière Non disponible
Besoins en eau Non disponible
Besoins en éléments nutritifs Non disponible

Station

Stations Non disponible

Dynamique

Dynamique

Types d'associations forestières et essences compagnes recherchées Non disponible
Principales perturbations moyennes et interventions partielles par sous-domaine bioclimatique
  • 1 : HP = DP = CP = SU
  • 2 est : DP = SU > EL = HP = CP 2 ouest : HP > EL = CP
  • 3 est : DP = SU = CP = HP = BP = EL 3 ouest : CP = HP = EL = CE
  • 4 est :Non disponible 4 ouest :Non disponible
Principales perturbations et interventions d'origine par sous-domaine bioclimatique
  • 1 : CT = FR = BR
  • 2 est : FR = PL = CT = BR 2 ouest : CT > BR
  • 3 est : FR = CT = BR 3 ouest : FR = CT = BR
  • 4 est :Non disponible 4 ouest :Non disponible
Sociologie
  • Généralement en association avec d'autres feuillus (3,12)
  • Occupe habituellement la strate dominante alors que les strates inférieures sont occupées par les feuillus tolérants
  • Est codominant avec les feuillus tolérants lorsque ces derniers étaient présents dans la haute régénération établie après une forte ouverture du couvert (3)
Principales végétations potentielles observées par sous-domaine bioclimatique 1
  • 1 : FE6 = FE2 = FE1 = FE5 = MJ1 = RB1 = FO1
  • 2 est : FE2 = FE6 = FE1 = MJ1 = FE5 = RS2 = MJ2 = RT1 = RS5 = RS1 2 ouest : FE2 = FE6 = FE5 = MJ1 = MJ2 = RS5 = RS1 = FE3
  • 3 est : FE2 = RB1 = FE5 = FE6 > MJ1 = MS2 = FE3 = MJ2 = MF1 = RS1 = RS3 = RC3 3 ouest : FE2 > FE5 = FE6 = FC1 = MF1 = MS2 = MJ1 = FE3 = RE3 = RE2 = MJ2
  • 4 est :Non disponible 4 ouest :Non disponible
Tolérance à l'ombre
  • Stade semis. Intolérant : 8/9 sur l'échelle de Humbert (1 : très tolérant; 9 : très intolérant) (BB109)
  • Intolérant en général (2, 3, 4, 6, 7, 12, BB58)
Facteurs limitatifs ou favorables à l'aménagement de l'essence

Facteurs favorisants :

  • A besoin d'un espace moins important que les essences qui l'accompagnent pour développer sa cime, ce qui lui permet d'augmenter le nombre de tiges par hectare et le volume sur pied (3)
  • Les carences minérales en Ca, Mg, Mn et N dans les couches minérales supérieures n'affectent pas la croissance ni la vigueur de l'espèce : le chaulage n'a donc pas d'effet notable sur sa croissance (23, BB152, BB600)

Facteurs limitants :

  • La production fruitière n'est pas synchronisée au sein de l'espèce pour une année donnée mais plutôt attribuable au cycle individuelle de chaque semencier, ce qui souligne l'importance que sa présence soit assurée dans le peuplement.
  • Le nodule noir est limitant pour l'aménagement de l'essence (P. Lupien, comm. pers.)
Statut sucessionnel Non disponible

Morphologie

Morphologie

Port du tronc
  • Tronc sinueux (2, 8)
  • Milieu fermé : tronc habituellement dégarni de branches sur une bonne longueur (81)
Port de la cime Cime arrondie au sommet (81)
Largeur de la cime 10 à 15 m, jusqu'à 22 m parfois (1, BB58)
Densité de la cime Modérément dense (2)
Type de ramification Monopodiale (7)
Élagage naturel Bon (2)
Branches adventives et gourmands
  • Production très vigoureuse (2, BB150), surtout après un verglas ou un dégagement soudain (BB57)
  • Variable selon les individus et le stade de développement (3)
Hauteur Non disponible
Système racinaire
  • Apparition d'un pivot dès la 1re année, mais peu perceptible jusqu'au stade de gaulis
  • Système racinaire latéral bien développé, très étalé et superficiel (3)

Croissance (stades perchis et futaie)

Croissance

Période de débourement Hâtif au printemps (2)
Période d'aoûtement
  • Non disponible
Croissance relative Stade perchis : croissance très rapide (3) : de 46 à 76 cm/an (BB58)
Âge d'exploitabilité absolu par IQS et densité relative (DRF (densité relative faible), DRM (densité relative moyenne), DRE (densité relative élevée))

Toutes densités confondues (4) :

  • IQS<10: 91
  • IQS11-13: 87
  • IQS14: 91
Période de croissance rapide Non disponible
Longévité naturelle
  • Habituellement 100 ans (2, 6)
  • Jusqu'à 200 ans (4, 7, BB150) et parfois plus (2, 6)
Hauteur à maturité physiologique 20 à 25 m (1, 8)
Hauteur maximale potentielle 26,0 m
Diamètre à maturité physiologique Maximum : 60 cm (2, 12)
Accroissement moyen en diamètre (mm/an) généralement par sous-domaine bioclimatique ou sous-régions écologiques (Densité A-B - Densité C-D) É-U : 3 mm / an en peuplement non aménagé et 6 mm / an et plus dans les peuplements aménagés (3)
IQS station Non disponible
Réponse à l'ouverture du couvert
  • Nulle chez les tiges dominées (3)
  • Faible chez les tiges dominantes et codominantes de plus de 50 ans (4)

Reproduction

Modes de reproduction

Mode de reproduction privilégié Sexuée et végétative (2, 3)
Stratégie de régénération sexuée La réserve de semences enfouies réduilt la dépendance à une régénération exclusivement issue d'une production semencière cyclique (BB150, P. Lupien, comm. pers.,)
Mode de reproduction sexuée Non disponible
Mode de reproduction végétative Production de rejets : abondante (2, 3)
Vigueur de la reproduction végétative
  • Production qui s'amorce hâtivement et atteint son maximun chez les arbres qui ont moins de 40 ou 50 ans.
  • Rejets vigoureux en provenance de jeunes arbres qui ont été endommagés (courbés ou cassés) lors des opérations forestières (3).
  • Production qui se poursuit sur les tiges de plus de 50 ans, mais les rejets sont souvent mal formés surtout si les tiges ont atteint un diamètre de 24 cm ou plus (3, 12).
  • Les rejets de pied sont efficaces pour régénérer l'espèce et ceux en provenance de souches d'arbres coupés deviennent des arbres d'avenir aptes à produire du bois d'oeuvre haut de gamme (3).

Floraison

Sexualité et type d'inflorescence
  • Monoïque (4)
  • Fleur parfaite (3, 4, 6)
  • Grappe pendante
Période de floraison Fin juin (9)
Agent de pollinisation Insectes (3, 4, 6)

Plantation

Espacement recommandé entre les plants Non disponible
Interventions spécifiques Non disponible

Production semencière

Type de fruit Drupe (2, 4, 9)
Âge de début de production régulière 10 ans chez les individus situés en pleine lumière (2, 3, 6, 12, BB150)
Âge de production optimale De 30 à 100 ans (3, 6, BB150)
Fréquence des bonnes années semencières Bonnes tous les 3 ou 4 ans (2, 4, 6) en général, mais plus sporadique, de 1 à 5 ans, dans la partie méridionale de son aire de distribution (BB150)
Période de maturité Fin août à septembre (4, 12)
Quantité produite
  • Fructification abondante : 19 200 semences/arbre (17)
  • Caractère individuel de la production : certains arbres en produisent toujours beaucoup, d'autres toujours peu (3, 4)
Indicateurs du poids des semences Après extraction ou traitement : 9 300 semences/kg (17,81)
Indicateurs de viabilité 97 % (17)

Dispertion des semences

Durée de rétention des semences sur l'arbre Quelques semaines (9)
Saison de dispersion Août à septembre (2, 6, 9)
Mode de dispersion
  • Principalement par gravité (4)
  • Les oiseaux et certains mammifères (ratons-laveurs, ours et renards) contribuent modestement à la dispersion (2, 3, 4, 6, 12, BB150)
Distance de dispersion commune
  • Près du semencier par gravité (2, 6)
  • Jusqu'à 400 m par les oiseaux et mammifères (2, 6)
Durée de viabilité des semences en milieu naturel 3 ans dans le sol (2, 4, 6, BB150)
Facteurs favorisant ou défavorisant la libération de la semence du fruit Non disponible
Principaux agents nuisibles
  • Insectes : peu de dommages
  • Maladies : peu de dommages
  • Animaux : petits mammifères rongeurs, oiseaux (6)

Conditions de germination

Dormance Dormance présente (3, 6)
Stratification
  • Stratification par le froid requise
  • 120 jours (4) à 0-5ºC (2, 6)
Période de germination Printemps (2)
Taux de germination
  • Conditions naturelles : 30 à 60 % (2)
  • Conditions contrôlées (rayons X) : 97 % avec des semences viables (17)
Besoins en eau Nécessite un substrat humide (P. Lupien, comm. pers.)
Besoins d'ombre
  • Ombre partielle
  • Germination faible en plein soleil à cause des mauvaises conditions d'humidité (3, 6)
  • Meilleur taux de germination lorsque la semence est ensevelie car les conditions d'humidité sont plus stables (3)
Autres facteurs limitant ou favorisant la germination Non disponible
Températures favorables 20ºC la nuit et 30ºC le jour en conditions contrôlées (2)
Lits de germination favorable
  • Une grande variété de lits sont favorables : les creux et les monticules créés à la suite d'un chablis sont propices à l'intallation du cerisier tardif (BB146).
  • Humus humide (6)
  • Litière feuillue non perturbée (3, 4) et ombragé (BB150)
  • Le sol minéral n'est pas requis : les résultats sont moins bons que sur la litière peu perturbée) (3, 4, BB150, BB164)
  • Lits défavorables : sols dénudés, compactés ou trop secs (BB150)
Nature du lit et conditions de germination Non disponible
Germination assistée
  • Semer à l'automne dans un sol humide et ombragé, à une profondeur correspondant à 2 fois le diamètre de la drupe.
  • Pour les semis à l'intérieur, conserver les fruits, enlever l'enveloppe charnue et tremper les noyaux dans l'eau à 20ºC, de 24 à 48 heures. Les égoutter et les incorporer dans un mélange (2 pour 1) de tourbe et de sable. Ensacher le mélange hermétiquement. Stratifier à la chaleur pendant deux semaines à 20ºC et, par la suite, pendant 6 semaines, à 3ºC et, enfin, pendant une semaine, à 20ºC et 8 semaines, à 3ºC. Retourner les sacs à toutes les trois semaines et vérifier leur état et le taux d'humidité du substrat (sortir les sacs du réfrigérateur quelques heures avant la vérification). Vérifier régulièrement la germination pendant la stratification et lorsqu'elle est amorcée, semer aussitôt; la germination s'amorce à la 22e semaine de stratification environ (2).
Mortalité juvénile des semis Non disponible

Reproduction végétative

Drageonnement Non disponible
Production de rejets (souche, tige, collet racinaire) Non disponible
Marcottage Non disponible
Autres modes de reproduction végétative Non disponible
Intensité Non disponible
Présence de clones Non disponible

Développement et croissance de la regénération par stade de développement (stades de semis, gaulis)

Développement et croissance

Période de débourrement Non disponible
Période d'aoûtement Non disponible
Besoins en eau Modérés (P. Lupien, comm. pers.)
Besoins en lumière

Stade de semis :

  • Conditions optimales dans de petites trouées de 20 m de diamètre pour l'établissement et la croissance des semis (12)
  • Pour s'établir, les semis ont besoin d'une ouverture partielle du couvert variant de 50 % à 70 % (optimum à 65 %) du plein ensoleillement (2, BB150)
  • Les semis peuvent néanmoins survivre de 3 à 5 ans sous un couvert plus dense (2, 3), mais leur croissance stagne.

Stades gaulis :

Meilleure croissance en pleine lumière (3, 4)
Besoins en éléments nutritifs Les carences du sol en Ca, Mg et Mn induites par les précipitations acides n'affectent pas signicativement la vigueur ni la croissance des cerisiers comparativeent à celles de l'érable à sucre (BB152)
Croissance

Stade de semis :

  • Croissance en hauteur de 0,5 à 1 m/an (1)
  • Les semis prennent environ 5 ans pour atteindre de 30 à 60 cm de hauteur (BB150)
  • Les semis d'au moins 2 ans qui ont atteint 15 cm de hauteur réagissent bien si ils sont exposés à un plein ensoleillement (BB150)

Stades gaulis :

  • Croissance très rapide (2, 4, 3, 6)
  • Croissance en hauteur (dominants et codominants) de 0,65 cm/an entre les âges de 10 et 40 ans (3)
  • Croissance plus rapide des rejets que des semis issus de graines pendant les 20 à 30 premières années (3)
  • Dans les nouvelles cohortes, l'espèce dépasse rapidement les autres espèces plus tolérantes à l'ombre (3)
Conditions favorisant une croissance optimale Non disponible
Réponse à l'ouverture du couvert

Stade semis :

Besoin d'une ouverture du couvert après 3 à 4 ans (6)

Stade gaulis :

Réponse généralement bonne chez les jeunes tiges
Sensibilité à la compétition

Stade semis :

  • Sensibilité élevée; nécessite un dégagement à partir de l'âge de 3 à 5 ans pour survivre (3, 4, 6).
  • Les framboisiers et la fougère-aigle inhibent la germination et la croissance des semis.

Stade gaulis :

Sensibilité très élevée; l'espèce doit se trouver parmi les dominants ou les codominants dès les premiers stades de développement, sinon sa croissance diminue et éventuellement la mort survient (3)
Principaux agents nuisibles
  • Insectes : Les infestations de chenilles à tente (Hyphantria cunea, Hydria prunivorata), de livrée d'Amérique (Malacosoma americanum), et de tordeuse du cerisier (Archips cerasivoranus) tuent les jeunes arbres (BB48).
  • Maladies : Une seule infection causée par le nodule noir (Apiosporina morbosa) tue les semis BB240); les infections causées par le blanc (Podosphaera clandestina) et les rouilles de feuilles (Transzschelia pruni-spinosae) tuent les semis et diminuent la vigueur des gaules (BB105). La criblure (Blumeriella jaapii) cause de graves défoliations des gaules et des perches.
  • Animaux : Broutage le cerf de Virginie, le lièvre et la souris (6); l'espèce n'est pas particulièrement recherchée par les cerfs, comparativement aux autres espèces associées de sorte que sa régénération est avantagée si les populations de cerfs sont à un niveau modéré (BB150)
Tolérance et résistance à différents stress

Stade semis :

Des substances allélopathiques produites par certaines plantes herbacées (Aster umbellatus, Solidago rugosa, Pteridium aquilinum et Danthonia compressa) entravent la croissance et le développement des semis (3).

Stade gaulis :

  • Sensibilité élevée aux bris causés par la neige ou la glace : les arbres âges de 20 à 35 ans sont particulièrement vulnérables, bien qu'ils soient prompts à se rétablir, même après des dégâts graves (2, 3, BB87).
  • Sensibilité élevée aux dommages causés par le feu (4)
Motalité Non disponible

Travaux d'éducation

Éducation

Élagage et taille de formation Non disponible
Dégagement Non disponible
Éclaircie Non disponible

Facteurs de stress (stades de perchis et futaie)

Aspects physotanitaire

Principaux insectes et maladies à surveiller
  • Insectes : Les défoliations causées par les livrées et les chenilles à tente (Malacosoma americanum, Hyphantria cunea, Archips cerasivoranus, Hydria prunivorata), affaiblissent les jeunes arbres alors prédisposés aux attaques de scolytes du pêcher (Phloeotribus liminaris) qui tuent les jeunes arbres (BB48) ou qui causent des taches brunâtres de l'aubier, dépréciant le bois d'oeuvre (BB56, BB150); l'agromize du cambium (Agromysa pruinosa) cause des taches médulaires de l'aubier, dépréciant aussi le bois d'oeuvre (BB56).
  • Maladies : Le nodule noir (Apiosporina morbosa), à l'origine des tumeurs chancreuses sur les branches ou le tronc, stimule la production de gomme, si le temps est humide : la gommose déprécie le bois d'oeuvre (BB52, BB53, BB240); les jeunes arbres dont la cime est affectée à 50 % ou moins ont tout de même un avenir prometteur (BB150); le chancre nectrien (Neonectria galligena) infecte le tronc des jeunes arbres : l'élagage artificiel, effectué sans précaution, aggrave le problème (BB88). Les noeuds et les chicots sont à l'origine de la coloration brun foncé et de la carie brune cubique du coeur (Laetiporus sulphureus, Fomitopsis pinicola et Coniophora cerebella) qui dégradent les arbres, bien avant la maturité (4, BB53, BB59).

Tolérance et résistance aux stress

Résistance au vent
  • Faible surtout sur les sols mal drainés (3, 4)
  • Faible chez les vieux sujets dont le pied est atteint de la carie causée par Phellinus laevigatus (3, BB53)
Résistance au verglas, à la glace et la neige
  • Faible (2, 3, 4), surtout au stades de perchis ou de jeune futaie (BB150)
  • Les arbres dominants et codominants, même lourdement endommagés, ont une forte propension à se rétablir (BB87, BB150)
  • Les sujets qui n'ont pas été éduqués au stade de perchis forment souvent de mauvaises fourches en "v" qui sont susceptibles de se rompre lors d'un verglas (BB53, BB150)
Tolérance au gel
  • Élevée au gel printanier tardif (pousses annuelles) (6)
  • Faible au gel printanier tardif (fleurs) : les dommages ont un impact sur la production de fruits souvent stériles (3, 4).
Tolérance à la sécheresse Élevée (BB58)
Tolérance aux inondations et à la remontée de la nappe phréatique Très faible (2, BB58)
Tolérance à la compaction du sol Faible (14, BB58)
Sensibilité aux dommages causés par le feu
  • Très élevée (4)
  • Un feu intense inhibe la production de rejets de pied (3)
Sensibilité aux polluants atmosphériques
  • O3 : élevée (2, BB114)
  • HCl, Cl : modérée (BB58)
  • Sel : faible (14)
Autres stress
  • Tolérance élevée à la dessication hivernale (2)
  • Une exposition soudaine du tronc provoque l'insolation du cambium et le dépérissement de la cime (4, BB53)
  • Faible tolérance aux écarts extrêmes de température (4)
  • Résistance élevée ou très élevée du bois de coeur à la pourriture (2, 3, BB53, BB56)
  • L'espèce est apte à revitaliser les sites contaminés par les résidus miniers (BB58)
Principaux dommages causés pas les animaux
  • Broutage par le cerf de Virginie (6).
  • En Europe, les feuilles de cerisiers tardif renferment des composés cyanhydriques qui diminue le broutage des animaux, sauf les moutons et les chèvres.
  • Rongements de l'écorce par le castor

Propriétés de bois et utilisations

Propriétés physiques

Propriétés et apparence du bois
  • Le bois le cœur est brun rougeâtre, lustré et à grain très fin; l'aubier est mince, blanc ou brun pâle (20, BB165)
  • Il est modérément lourd et dur, résistant aux chocs, sans retrait ni gauchissement après le séchage (BB165)
Masse volumique (volume sec à l'air, masse sèche à l'air (12%) en kg/m3) 610 (19)
Flexion statique MOR 12% en lb/po2 / MOE 12% en 1000 lb/po2
  • MOR : 12 630
  • MOE : 1 720 (19)

Propriétés de façonnage

Rabotage (% de succès) Non disponible
Sablage (% de succès) Non disponible
Perçage (% de succès) Non disponible
Mortaise (% de succès) Non disponible
Moulure (% de succès) Non disponible
Tournage (% de succès) Non disponible

Utilisations

Utilisations courantes du bois
  • 1re transformation : sciage, déroulage (feuilles de placages)
  • Produits à valeur ajoutée : ébénisterie (meubles, boiseries, cercueils) (2)
Autres utilisations
  • Les écorces sont aromatiques, aux propriétés sédatives et toniques (9, BB170)
  • Fruits commestibles utilisés pour faire des confitures, du vin et parfumer le kirsch (2, 3, BB170) F111

Divers

Divers

Enjeux de biodiversité
  • Faible représentativité de l'espèce dans les érablières peu perturbées par le chablis et la coupe : l'essence exige l'ouverture du couvert pour s'établir (28).
  • Des carences en éléments nutritifs (Ca, Mg, Mn) induites par les précipitations acides favorisent la croissance des cerisiers au détriment des érables à sucre qui ont tendance à dépérir (BB152)
Valeur générale pour la faune Très élevée (BB58): les cerises sont une importante source de nourriture pour les petits et les grands oiseaux, comme les dindons sauvages, les écureuils, les campagnols, les cerfs, les ours, etc. (BB150)
Tolérance et résistance à divers stress Non disponible
Remarques
  • Potentiel d'amélioration génétique de l'espèce en fonction de certaines particularités : résistance aux maladies (nodule noir), développement structural (sans branches adventives), croissance améliorée, etc.) (3).
  • Introduit en France en provenance des États-Unis en 1623, le cerisier tardif figure aujourd'hui parmi l'une des 100 espèces les plus envahissantes et agressives en Europe.

Réactions aux perturbations

Perturbations

Ouverture du couvert Non disponible
Prolifération après une coupe Non disponible
Prolifération après un feu Non disponible
Prolifération après une préparation de terrain Non disponible
Prolifération après un dégagement Non disponible

Interférence avec les essences désirées

Essences

Pouvoir compétitif relatif Non disponible
Compétition pour la lumière Non disponible
Compétition pour l'eau Non disponible
Compétition pour les éléments nutritifs Non disponible
Réaction au broutage Non disponible
Autres formes d'interférence Non disponible

Lutte et contrôle

Lutte et contrôle

Lutte et contrôle Non disponible

Génétique

Génétique

Variabilité génétique Non disponible
Hybridation Non disponible
Variétés essentiellement utilisées au Québec Non disponible
Bas de page
Haut de page
Télécharger le tableau :