Logo du gouvernement du Qubec.

Fougère-aigle de l'Est

Essences concurrentes » Espèces herbacées » Fougère-aigle de l'Est

Télécharger le tableau :
Fougère-aigle de l'Est (PTA)
Eastern bracken fern, American Bracken
Pteridium aquilinum (L.) Kuhn.
Fougère vivace

Habitat

Localisation

Aire de distribution naturelle
  • Se rencontre presque partout dans le monde (23, 32, 51), sauf dans les déserts chauds ou froids (32)
  • Au Canada, deux variétés répandues : latiusculum (à l'est) et pubescens (à l 'ouest) (23)
  • Pour la variété latiusculum d'ouest en est : de l'est du Manitoba jusqu'à Terre-Neuve
  • Pour la variété latiusculum limite sud : jusqu'en Caroline du Nord et au Missouri (15)
  • Sa distriiibution est limitée par l'isotherme -15 C en hiver et l'isotherme 21 C en été (BB121)
Sous-domaine bioclimatique où l'essence est représentée
  • 1, 2, 3, 4, 5
  • Marginal : 6
Zones où la compétition est susceptible d'être problématique Est susceptible d'être problématique dans les domaines des érablières à caryer, à tilleul, dans le sous-domaine de l'érablière à bouleau jaune de l'ouest, dans la région 3c de l'érablière à bouleau jaune de l'est, dans les domaines de la sapinière à bouleau jaune et de la sapinière à bouleau blanc (15)

Climat régional

Température annuelle moyenne par sous-domaine bioclimatique (°C) Non disponible
Précipitations totales annuelles par sous-domaine bioclimatique (mm) Non disponible
Indice d'aridité par sous-domaine bioclimatique Non disponible
Nombre de jours consécutifs sans gel par sous-domaine bioclimatique Non disponible
Durée de la saison de croissance par sous-domaine bioclimatique (jours) Non disponible
Nombre de degrés jours pendant la saison de croissance par sous-domaine bioclimatique Non disponible

Milieu physique

Principales positions topographiques par sous-domaine bioclimatique Se retrouve fréquemment sur les hauteurs ou le long des pentes (32)
Principales classes de pente par sous-domaine bioclimatique Non disponible
Principaux dépôts de surface par sous-domaine bioclimatique
  • Se retrouve sur une grande variété de dépôts (32)
  • Est majoritairement associée à des dépôts glaciaires même si des dépôts marins prédominent dans les érablière à tilleul et caryer (15)
  • Peut se développer sur des sites rocheux ou stériles (23, 37)
  • Ne se retrouve pas sur les sols calcaires (32)
Principales classes texturales de l'horizon B par sous-domaine bioclimatique
  • Se retrouve sur une grande gamme de textures (29, 32, 33, 51)
  • Est majoritairement associée aux textures grossières ou moyennes (15)
  • Meilleur développement sur des sables de productivité intermédiaire (15)
pH de l'horizon B par sous-domaine bioclimatique Non disponible
Principales classes de drainage par sous-domaine bioclimatique
  • Est plus fréquemment associée à un drainage bon à modéré dans les domaines des sapinières à bouleau blanc et jaune et les érablières à bouleau jaune et à tilleul
  • Est plutôt associée aux drainages bons à imparfaits dans l'érablière à caryer (15)
  • Ne croît pas sur les sols mal drainés (33)
Humidité du sol Non disponible
Principaux types d'humus par sous-domaine bioclimatique Non disponible
Principales classes d'épaisseur de l'humus (en cm) par sous-domaine bioclimatique Non disponible
Fertilité du sol Non disponible
Meilleures conditions de croissance Non disponible
Besoins en lumière
  • Se développe mieux sous un ombrage partiel (15)
  • Peut aussi occuper des stations exposées au plein ensoleillement (15, 29), mais ne fait que survivre dans ce cas (15)
  • Peux survivre sous couvert forestier grâce à sa capacité à utiliser les trouées
  • La production de spores décroît significativement à l'ombre (15)
Besoins en eau
  • Besoins élevés (51)
  • Se développe mieux sur des sols aérés bien pourvus en eau, quoiqu'elle se retrouve aussi sur des stations mésiques (15, 51)
  • Est moins dépendante de ses besoins élevés en eau grâce à son système racinaire agressif, étendu et profond (32)
  • Les tiges les plus âgées sont moins sensibles aux périodes de sécheresse, contrairement aux plus jeunes (15, 51)
Besoins en éléments nutritifs
  • Se retrouve sur des sols acides ou faiblement acides et relativement pauvres en éléments nutritifs (15)
  • Ne se retrouve pas sur des sols calcaires (32, BB121)
  • Son absence dans des stations plus riches n'est pas attribuable à une intolérance à des teneurs élevées en éléments nutritifs, mais bien à une faible compétitivité avec les espèces colonisant ces stations (15)
  • L'espèce accumule du potassium (BB121)

Station

Stations
  • Pâturages, terrains accidentés, friches, sites perturbés (feu) (15, 23, 29)
  • Bords de routes, anciennes voies ferrées, lignes hydro-électriques (29)

Dynamique

Dynamique

Types d'associations forestières et essences compagnes recherchées Non disponible
Principales perturbations moyennes et interventions partielles par sous-domaine bioclimatique Non disponible
Principales perturbations et interventions d'origine par sous-domaine bioclimatique Non disponible
Sociologie Forme des colonies denses presque pures (29, 37, 51, 9)
Principales végétations potentielles observées par sous-domaine bioclimatique 1
  • 1 : MJ1 = RS1 = FE6 = MJ2 = RP1 > FE5 = RT1
  • 2 est : RS2 > MJ2 = RS5 = MJ1 = RT1 = FE1 = RS1 = FE2 = RS3 = FE6 = MF1 2 ouest : RS5 = RP1 = RS1 = MJ1 = MJ2 > FE6 = FE3
  • 3 est : RE2 > RS5 > MS2 = RS3 = MJ2 = FE6 = RS1 = FE2 = FE5 3 ouest : RP1 > RE2 = RS5 = RS2 = MS2 > FC1 = MJ2 = FE6 > MJ1 = FE2
  • 4 est : MS6 = RS5 = RS2 = MS2 = RS1 = MS1 4 ouest : RP1 > MS2 = RS2 = MJ2 = RE2 > RS1
  • 5 est : MS6 > RS2 = RE1 = MS2 = RE2 = RB5 = MS1 = FE3
  • 5 ouest : MS6 > RS2 = MS2
  • 6 est : MS2 = RS2 = RE2 = RE1 6 ouest : MS2 > RS2 = RE2
Tolérance à l'ombre
  • Intermédiaire ou tolérante (15): à l'ombre l'espèce produit moins de frondes qui sont plus large et plus étalées (15)
  • la variété latiusculum poussant au Québec est tolérante: 6/9 sur l'échelle de Humbert (1) (1 : très tolérant et 9 : très intolérant) (61PC)
Facteurs limitatifs ou favorables à l'aménagement de l'essence Non disponible
Statut sucessionnel
  • Espèce pionnière (15, 32)
  • Dans une chronoséquence de 75 ans de 22 peuplements feuillus, la fougère-aigle se retrouve associée aux plus jeunes peuplements (1 à 6 ans, provenant de coupes) ainsi qu'aux peuplements matures de bouleau en raison d'une faible couverture (Nouvelle-Écosse) (15)

Morphologie

Morphologie

Port du tronc Non disponible
Port de la cime Non disponible
Largeur de la cime Non disponible
Densité de la cime Non disponible
Type de ramification Non disponible
Élagage naturel Non disponible
Branches adventives et gourmands Non disponible
Hauteur 30 cm à 100 cm, mais en moyenne de 50 à 70 cm (5, 9, 23, 37, BB121)
Système racinaire
  • Rhyzomes extrêmement développés et très persistant, dont la longévité peut atteindre de 30 à 70 ans (15, BB121)
  • Une colonie peut atteindre 80 tonnes/ha (29); 80 % de la biomasse de la plante se retrouve dans le sol
  • Présence de deux systèmes de rhizomes atteigant la zone humique et minérale (BB111): le premier, assez profondément enfoui (jusqu'à 3 m), d'un diamètre de 1,25 à 2,50 cm, porte peu de frondes et assure le stockage des réserves; le second constitué de rhizomes plus fins est situé en moyenne à 9 cm de profondeur : il est génère les frondes et prélève les éléments nutritifs (9, 15, 23, 32)
  • Système se ramifiant dichotomiquement; les ramifications meurent par l'extrémité ancienne, se séparant ainsi du rhizome principal et constituant un nouveau plant (9, 51)
  • Croissance des rhizomes : 5 à 74 cm / an (41)

Croissance (stades perchis et futaie)

Croissance

Période de débourement Non disponible
Période d'aoûtement
  • le taux de croissance des rhizomes est variable: de 5 à 36 cm / an
  • Le patron d'allocation saisonnière des réserves s'établie dans l'ordre suivant: les bourgons en développement, les rhyzomes d'entreposage et les rhizomes qui supportent les frondes (15)
Croissance relative Non disponible
Âge d'exploitabilité absolu par IQS et densité relative (DRF (densité relative faible), DRM (densité relative moyenne), DRE (densité relative élevée)) Non disponible
Période de croissance rapide Croissance des frondes de 1 mètre de hauteur entre leur émergence (mi-mai) et leur étalement à la fin de mai (41)
Longévité naturelle
  • Mort des frondes chaque année à la suite du gel automnal (15)
  • Rhizomes pouvant persister pendant plusieurs centaines d'années (5, 15, 29, 32)
Hauteur à maturité physiologique Non disponible
Hauteur maximale potentielle Non disponible
Diamètre à maturité physiologique Non disponible
Accroissement moyen en diamètre (mm/an) généralement par sous-domaine bioclimatique ou sous-régions écologiques (Densité A-B - Densité C-D) Non disponible
IQS station Non disponible
Réponse à l'ouverture du couvert Non disponible

Reproduction

Modes de reproduction

Mode de reproduction privilégié Végétative essentiellement (15, 32)
Stratégie de régénération sexuée Non disponible
Mode de reproduction sexuée Non disponible
Mode de reproduction végétative Non disponible
Vigueur de la reproduction végétative Non disponible

Floraison

Sexualité et type d'inflorescence N/A
Période de floraison Non disponible
Agent de pollinisation N/A

Plantation

Espacement recommandé entre les plants Non disponible
Interventions spécifiques Non disponible

Production semencière

Type de fruit Spore (5, 15)
Âge de début de production régulière Dès le début de la deuxième année (BB121)
Âge de production optimale Non disponible
Fréquence des bonnes années semencières
  • Annuelle
  • Varie selon l'âge, le développement de la fronde et la température (32)
  • Un été chaud et sec favorise la production (15)
  • Production qui décroît avec une augmentation de l'ombrage (15, 32)
Période de maturité Fin juin (32)
Quantité produite
  • 64 spores/sporange
  • 300 à 350 millions de spores/fronde (29, 32)
  • À proximité d'une colonie, concentrations quotidiennes moyennes dans l'air de 750 spores/m3 d'air (15)
Indicateurs du poids des semences Non disponible
Indicateurs de viabilité Non disponible

Dispertion des semences

Durée de rétention des semences sur l'arbre Non disponible
Saison de dispersion Été: Août à septembre (15)
Mode de dispersion
  • Vent (5, 15, 23, BB111)
  • Eau (5, 15)
Distance de dispersion commune Sur de grandes distances (32, 33)
Durée de viabilité des semences en milieu naturel
  • Inconnue (15, 23)
  • 50 ans (BB111)
Facteurs favorisant ou défavorisant la libération de la semence du fruit Non disponible
Principaux agents nuisibles Non disponible

Conditions de germination

Dormance Dormance absente (15, 23, 32)
Stratification Non disponible
Période de germination Germination au printemps suivant la dispersion en milieu naturel (15, 23)
Taux de germination
  • Faible car présence obligatoire d'eau pour germer
  • Très faible résistance du prothalle d'une seule cellule à la sécheresse; survie difficile (23, 29)
  • Les spores sont vulnérables aux insectes, aux maladies et surtout à la sécheresse (BB121)
Besoins en eau Non disponible
Besoins d'ombre Non disponible
Autres facteurs limitant ou favorisant la germination Non disponible
Températures favorables Non disponible
Lits de germination favorable Non disponible
Nature du lit et conditions de germination
  • Sols stériles et légèrement acides (23, 29)
  • pH optimal : 5,5 à 7,5 (23, 32)
  • Température privilégiée : 15 à 30ºC (32, 37)
  • Milieu très humide requis (prothalle très peu résistant à la sécheresse (23)(15, 32, 37)
  • Sol fertilisé par le feu très favorable à la germination (32, 37)
  • Germination sur stations perturbées, milieux ouverts, jamais à l'intérieur d'une colonie établie de fougère-aigle ou sous un couvert dense (15, BB121)
Germination assistée Non disponible
Mortalité juvénile des semis Non disponible

Reproduction végétative

Drageonnement Principal (5, 15, BB111, BB121)
Production de rejets (souche, tige, collet racinaire) Absent
Marcottage Absent (5)
Autres modes de reproduction végétative Absent
Intensité
  • Production de nombreuses frondes à partir des bourgeons dormants sur le rhizome fin qui est superficiel
  • Production de 45 frondes par plant la 1re saison de croissance, 136 la 2e, 297 la 3e (15)
  • Même de petits fragments de rhizomes sont susceptibles de produire de nouvelles frondes (15, 32, 37, 51)
  • Les frondes des tiges souterraines les plus jeunes émergent en premier (entre mars et début mai) et forment le couvert de la colonie alors que les frondes des tiges souterraines plus âgées émergent plus tard, et souvent meurent en raison d'un ombrage trop important exercé sur les jeunes pousses (15, 32)
Présence de clones
  • Très grande étendue couverte par les clones (29)
  • Plus de 120 m de diamètre (58PC)

Développement et croissance de la regénération par stade de développement (stades de semis, gaulis)

Développement et croissance

Période de débourrement Non disponible
Période d'aoûtement Non disponible
Besoins en eau Non disponible
Besoins en lumière Non disponible
Besoins en éléments nutritifs Non disponible
Croissance Non disponible
Conditions favorisant une croissance optimale Non disponible
Réponse à l'ouverture du couvert Non disponible
Sensibilité à la compétition Non disponible
Principaux agents nuisibles Non disponible
Tolérance et résistance à différents stress Non disponible
Motalité Non disponible

Travaux d'éducation

Éducation

Élagage et taille de formation Non disponible
Dégagement Non disponible
Éclaircie Non disponible

Facteurs de stress (stades de perchis et futaie)

Aspects physotanitaire

Principaux insectes et maladies à surveiller Non disponible

Tolérance et résistance aux stress

Résistance au vent Non disponible
Résistance au verglas, à la glace et la neige Non disponible
Tolérance au gel Non disponible
Tolérance à la sécheresse Non disponible
Tolérance aux inondations et à la remontée de la nappe phréatique Non disponible
Tolérance à la compaction du sol Non disponible
Sensibilité aux dommages causés par le feu Non disponible
Sensibilité aux polluants atmosphériques Non disponible
Autres stress Non disponible
Principaux dommages causés pas les animaux Non disponible

Propriétés de bois et utilisations

Propriétés physiques

Propriétés et apparence du bois Non disponible
Masse volumique (volume sec à l'air, masse sèche à l'air (12%) en kg/m3) Non disponible
Flexion statique MOR 12% en lb/po2 / MOE 12% en 1000 lb/po2 Non disponible

Propriétés de façonnage

Rabotage (% de succès) Non disponible
Sablage (% de succès) Non disponible
Perçage (% de succès) Non disponible
Mortaise (% de succès) Non disponible
Moulure (% de succès) Non disponible
Tournage (% de succès) Non disponible

Utilisations

Utilisations courantes du bois Non disponible
Autres utilisations Non disponible

Divers

Divers

Enjeux de biodiversité Non disponible
Valeur générale pour la faune
  • Les frondes bien protégées de la dessication par une cuticule cireuse sont peu consommée par les animaux en général (33, 162, 51): les frondes sont toxiques pour es animaux sauvages et le bétail.
  • Brout : l'orignal et le cerf de Virginie broutent les jeunes frondes non déroulées seulement au printemps, lorsqu'elles sont libres de substances toxiques (cyanogénées et cancérigènes et transmissibles dans le lait) (32, 33)
  • Habitat : représente un couvert protecteur pour le cerf de Virginie, les petits animaux et de nombreuses espèces d'oiseaux (32), car la lumière es filtrée à 99% (BB109). Les frondes abritent plusieurs espèces de tyques dont celle responsable de la transmission de la maladie de Lyme.
  • Les pores sont consommées par des insectes (51)
Tolérance et résistance à divers stress
  • Résistance très faible au gel autant pour les frondes que pour les bourgeons des rhizomes; les frondes sont tuées par le gel chaque hiver et durant les gels printaniers; par contre, lorsque de jeunes pousses meurent après un gel printanier, de nouvelles frondes réapparaissent à la mi-juillet suivant le gel, provenant des tiges souterraines plus âgées; sur plusieurs années, le gel peut réduire de manière importante les réserves des rhizomes et provoquer la sénescence de la colonie (15, 32, 33, 51, BB121)
  • La sécheresse inhibe le développement des vieilles tiges souterraines mais aide au développement des jeunes colonies (15)
  • Très faible résistance du prothalle à la sécheresse et aux basses températures (23, 51)
  • Tolérance très faible aux eaux stagnantes et pas du tout au manque d'oxygène (29, 32)
  • Sensibilité élevée aux acariens produisant des galles (29)
  • Sensibilité très élevée aux pluies acides, ce qui en fait un excellent indicateur de la quantité de polluants dans l'eau de pluie (32)
Remarques
  • Plante existant depuis 55 millions d'années (32)
  • Toxicité importante dans toutes les parties de la plante (particulièrement les rhizomes) pour plusieurs mammifères dont l'homme (cancer de l'estomac) (15, 23, 29, 32, 33, 51)
  • Source potentielle d'insecticide (23)
  • Source potentielle de biocarburant (33:172; 175; 178:179, 51)
  • Grâce à ses propriétés allélopathiques excluant les autres espèces, cette espèce est intéressante pour le contrôle de la végétation dans les corridors de transport d'électricité (15)
  • Sa présence réduit l'acidité des sols (15)

Réactions aux perturbations

Perturbations

Ouverture du couvert
  • Prolifération importante (15, 23, 33, 51)
  • Une ouverture favorise la croissance accélérée des rhizomes, ce qui étend encore plus les colonies établies (15, BB121)
Prolifération après une coupe
  • Prolifération importante et rapide due à ses nombreux bourgeons dormants pouvant atteindre le million à l'hectare (15, 23, 33, 60PC)
  • La lumière et la chaleur stimulent l'émergence des frondes (41)
  • Elle s'étend dans des secteurs de coupe totale où elle était déjà présente avant la perturbation (15, 33)
  • Elle ne tend pas à coloniser de nouveaux espaces, parès la coupe (33)
  • Parmi les espèces pionnières, la fougère-aigle est la plus persistante après la coupe au cours de la période étudiée couvrant 4 ans avant la perturbation jusqu'à 20 ans après (Orégon) : elle voit sa couverture augmenter légèrement, mais régulièrement, grâce à la progression par reproduction végétative (15)
Prolifération après un feu
  • Prolifération très importante et rapide (15, 23, 33, 37)
  • Prolifération similaire à celle qui se produit après coupe (Ontario 55PC, Québec 60PC)
  • Espèce peu sensible aux dommages causés par le feu, même à des intensités élevées, de par la présence de rhizomes profonds (15, 33)
  • Prolifération par voie végétative : stimulation des bourgeons dormants des racines, remplaçant les frondes éliminées par le feu (37)
  • Prolifération par voie sexuée : la présence d'un lit de germination favorable aux spores et l'absence d'une compétition créent des conditions favorables à la germination des spores (15, 23, 32, 37)
Prolifération après une préparation de terrain
  • Prolifération importante si le système raciniare n'est pas déraciné complètement (41)
  • La fragmentation du système racinaire est bénéfique car chaque portion de rhizome peut former un nouveau plant (15, 37)
Prolifération après un dégagement
  • Prolifération importante (15, 33;199)
  • Stimulation de la production des frondes après une coupe annuelle des frondes
  • Maîtrise de l'envahissement possible suite à des coupes biannuelles sur au moins 12 ans (15)
  • Un mois après avoir coupé les frondes en juin, le couvert de la fougère-aigle a repris la même hauteur et la même vigueur que sur les sites témoins; par contre, après un second traitement réalisé en juillet, la fougère n'est pas réapparue en septembre (33)

Interférence avec les essences désirées

Essences

Pouvoir compétitif relatif
  • Très élevé (15, 32, 51)
  • Nuit à l'installation, à la survie et au développement des semis des essences désirées (33, 37, 51), particulièrement le pin blanc (BB122)
  • Une des plantes les plus envahissantes au monde (33)
  • Une fois installée sur un site, il est très difficile de l'éradiquer à cause de l'agressivité de sa reproduction végétative et de la grande longévité de ses rhizomes (15, 23, 37)
  • Dans certaines situations, elle peut occuper et dominer une station très longtemps, sans possibilité d'une occupation partagée avec d'autres espèces (15, 23)
  • Espèce de compétition importante dans les bleuetières (15, 23)
Compétition pour la lumière
  • Très élevée de par la formation d'une importante couverture générée par les frondes (15, 32, 33, 51, 23)
  • Nuit beaucoup à la germination des essences désirées à cause de la faible quantité de lumière qui se rend au sol sous un couvert de frondes (23, 33)
Compétition pour l'eau
  • Élevée de par la présence d'un système racinaire très étendu (15, 32, 33)
  • Elle est plus compétitive pour la lumière que pour l’eau, la chaleur et les éléments nutritifs disponibles (15), sauf sur les sites peu fertiles où la compétion pour l'eau et les éléments nutrififs est aussi importante (BB126)
Compétition pour les éléments nutritifs
  • Élevée de par la présence d'un système racinaire étendu qui prélève une grande quantité d'éléments nutritifs (15, 32, 33)
  • Elle joue un rôle significatif dans la mise en circulation d'éléments nutritifs, particulièrement K et P (15, 32)
Réaction au broutage
  • Stimulation importante lorsqu'elle est broutéeou coupée (33)
  • Elle augmente de manière importante la pression de broutage sur les essences désirées lorsqu'elle est présente en abondance (15)
Autres formes d'interférence
  • Inhibition de la germination due à la présence d'une litière très épaisse (grande quantité de frondes qui meurent chaque année), qui se décompose très lentement à cause de la présence d'hémicellulose et de lignine, surtout quand l'humidité et l'azote sont déficitaires (51, 33)
  • Cela peut prendre 11 ans avant que la litière se décompose
  • Les substances allélopathiques (les acides phénoliques) dans les rhizomes et les racines ainsi que celles libérées par les frondes qui meurent chaque année à l'automne retardent l'établissement d'une régénération forestière et sont responsables de l'exclusion d'autres espèces végétales (ex : cerisier tardif) (15, 32, 33; 162, 51, BB128)
  • L'impact du phénomène allélopathique sur la germination est limité, en comparaison avec celui de la compétition pour la lumière (51)
  • Dommages mécaniques causés aux jeunes semis de conifères, lors de la sénescence des frondes couplée au poids de la neige et l'étouffement des semis (15, 32, 33, 51)

Lutte et contrôle

Lutte et contrôle

Lutte et contrôle
  • Espèce très difficile à maîtriser (15, 23, 33)
  • Le moment choisi pour intervenir est très important quel que soit le type de traitement (15, 32, 33, BB126)
  • Une coupe manuelle une ou deux fois l'an, suivie d'une préparation de terrain en profondeur à la fin de l'été (32, BB121) sur une période de 3 à 6 ans entraîne une diminution de la biomasse des rhizomes et de la production de frondes, et ce pendant une période de 12 ans (15, 33, 51)
  • Briser, écraser ou couper les jeunes frondes à plusieurs reprises peut éventuellement épuiser les réserves d'hydrates de carbone emmagasinées dans les rhisomes profonds et amener le plant à faiblir ou mourir (23, 51, BB127)
  • Un brûlage au printemps, lorsque les nouvelles frondes n'ont pas encore transféré leur réserve en amidon dans les rhizomes, peut réduire sa présence (densité et taille) (32, 37, BB127)
  • Il est recommandé de contrôler la pression créée par le broutage (animaux qui broutent les semis des espèces désirées) (51)
  • Une méthode de lutte biologique a été mise au point en Europe à partir d’un champignon ascomycète, Ascochtya pteridis Bres., qui infecte les frondes (BB123).

Génétique

Génétique

Variabilité génétique Non disponible
Hybridation Non disponible
Variétés essentiellement utilisées au Québec Non disponible
Bas de page
Haut de page
Télécharger le tableau :